15/11/2020

CO2, la concurrence compense, nous réduisons !

Les PCL ne sont aujourd’hui pas climatiquement neutres. Voici pourquoi

Dans le domaine de l’imprimerie suisse, la compensation climatique est, pour l’immense majorité des imprimeries, une forme de green washing. Ainsi, une imprimerie peut choisir de compenser les émissions de l’entreprise dans son entier ou se limiter aux imprimés, permettant de s’afficher «climatiquement neutre», alors qu’en finalité seule une infime partie des imprimés est compensée.

Le site Internet de myclimate en est la meilleure preuve et démontre que très majoritairement ce sont les imprimés qui sont certifiés et non les entreprises. Ainsi une imprimerie peut commercialiser des imprimés climatiquement neutres avec le paiement d’une compensation liée à des imprimés individuels et au bon vouloir du client. C’est le principe de la case à cocher lorsqu’on achète un billet d’avion. Mais au fond, qui coche cette case qui signifie "plus cher" ?

 

Notre stratégie par rapport à la compensation climatique

Pour une tonne de CO2 compensée, il faut qu’une tonne soit émise quelque part. Comme le relèvent les Accords de Paris, il s’agit de réduire drastiquement nos émissions : nous devons émettre moins, pas simplement compenser.

Nous avons fait le choix de commencer par réduire nos émissions par des actes concrets et mesurables. Avec l'abandon de notre immeuble administratif de 2700 m2 au profit d'une surélevation de nos ateliers, chauffée par la récupération de chaleur de nos machines, nous réduisons nos émissions de CO2 de 34 tonnes par an ! Le nouveau toit végétalisé contribuera également à une régulation naturelle du climat intérieur.

L'arrivée de véhicules électriques et à faible émission en 2021 contribuera encore à réduire nos émissions. Dès avril 2021, nos visiteurs pourront même charger leurs voitures électriques lors de leurs visites aux PCL. Nous contribuons ainsi de manière active à la réduction des émissions de CO2.

Lorsque nous aurons atteint un seuil objectivement incompressible, à l’horizon fin 2021 mi-2022, nous compenserons nos émissions.